Reconversion professionnelle

Mécatronicienne d’automobiles

Reconversion professionnelle

30 septembre 2021 agvs-upsa.ch – Liliane Schmid est en formation au Garage Marti AG de Niedergösgen (SO) pour devenir mécatronicienne d’automobiles. Elle a dû faire quelques détours avant de trouver le métier qui lui permettrait d’exprimer tout son talent.


Source: UPSA-Médias

cst. Parfois, le destin a besoin d’une seconde chance. Ce fut le cas pour Liliane Schmid. Aujourd’hui, elle est en troisième année d’apprentissage de mécatronicienne d’automobiles au Garage Marti AG, à Niedergösgen (SO). Il est 7 h 30 et elle est déjà en train de procéder à un diagnostic sur le véhicule d’un client. «Constater les progrès des réparations et venir à bout des défauts me procure une sensation très agréable», explique la jeune femme de 22 ans en souriant. Les synergies entre connaissances pratiques et théoriques la fascinent. «Quand j’apprends quelque chose à l’école professionnelle, je le vois de mes propres yeux dès le lendemain à l’atelier. C’est génial.»

Ce sentiment d’épanouissement lors d’une formation, Liliane Schmid pensait déjà le connaître pendant sa formation de base pour son premier métier, celui d’assistante socio-éducative auprès des personnes souffrant d’un handicap. Mais elle n’a pas vraiment eu le déclic, pas même lorsqu’elle a exercé ce métier. «J’ai remarqué que quelque chose devait changer et que ce n’est pas mauvais en soi de prendre une nouvelle voie», résume-t-elle. Mais quelle voie est la bonne? Le hasard a voulu que sa vieille voiture MG ZS 180 tombe en panne pile à ce moment-là. Elle s’est alors acheté un manuel et a vérifié ce qui avait été fait lors de la dernière révision, identifiant ainsi le problème. C’est ainsi, au fil de ses recherches, que Liliane a eu une révélation: «Je vais la remettre en état moi-même», a-t-elle décidé. Elle a alors pris son courage à deux mains et s’est rendue au Garage Marti AG pour y déposer en personne son dossier de candidature. C’était un garage qu’elle ne connaissait que de vue. «Ce n’est qu’une fois de retour chez moi que j’ai réalisé que j’avais donné mon dossier au propriétaire du garage, Bruno Christen», dit-elle en souriant. Dans la même semaine, elle mettait pour la première fois les pieds dans un atelier et entamait un stage préprofessionnel. Tout s’est si bien passé qu’elle a rapidement signé un contrat d’apprentissage.

«Dans ma première formation, j’ai beaucoup appris, surtout en matière de relations humaines. Mais c’est dans la branche automobile que je m’épanouis.» Elle se sent très bien au sein de l’équipe, qui comprend également un second apprenti mécatronicien d’automobiles. «On s’entend très bien. Parfois, le ton monte, mais c’est un environnement idéal pour apprendre à ne pas tout prendre personnellement.» À la question de savoir pourquoi si peu de femmes entament un apprentissage de mécatronicienne d’automobiles, Liliane ne peut que faire des suppositions: «Je pense que les femmes placent la barre plus haut pour elles-mêmes et ont peur de ne pas être dignes de respect si elles apprennent un métier technique.» De plus, l’image très répandue selon laquelle il faut être un garçon manqué pour ce genre de métier n’aide pas les femmes à le convoiter, selon elle. «Alors que ce n’est pas du tout le cas ! Aujourd’hui, les femmes font partie intégrante des ateliers».

Liliane Schmid fait partie des onze apprentis, dont deux femmes, qui sont sous contrat au Garage Marti AG. Pour ce garage membre de l’UPSA, implanté à Niedergösgen et Hägendorf (SO), la relève ne manque pas. «Nous déployons beaucoup d’efforts pour trouver de bons apprentis et pour les former dans quatre groupes professionnels. Cela en vaut la peine », explique Ronnie Peier, directeur adjoint et responsable technique du garage. Cela comprend les activités sur les réseaux sociaux, l’offre de stages préprofessionnels, la participation au projet cantonal de marketing des places d’apprentissage «Erlebnistage Beruf» ainsi que la présentation des métiers automobiles lors de visites dans des écoles du secondaire. En outre, les places d’apprentissage à pourvoir sont publiées dans le répertoire des places d’apprentissage Lena et sur le site Internet du garage.

Outre la panne de la MG ZS 180 de Liliane, ces efforts de la part du Garage Marti AG et les informations que dispense l’UPSA ont également aidé la jeune femme à sauter le pas: «Les vidéos de formation professionnelle sur metiersauto.ch, par exemple, donnent un très bon aperçu du quotidien dans un garage». De manière générale, elle conseille aux jeunes qui cherchent leur voie de s’informer du mieux possible et d’effectuer un stage préprofessionnel. «Cela m’a énormément aidée et il faut en parler à tout prix, que ce soit avec ses parents ou ses amis: échanger sur le sujet aide toujours à prendre une décision!» 
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

1 + 1 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Commentaires